Qui m’aime me suive [24 fev. 1848 – II]

  • Quand? En fin d’après-midi le 24 février.
  • Où? À l’Hôtel de ville (4e arrondissement).
  • Avec qui? Lamartine et d’autres personnalités politiques, les citoyens insurgés, des gardes nationaux.
  • Pourquoi? Pour proclamer le Gouvernement Provisoire.

Médaille “Chambre des députés …” [Bronze frappé]

Que lisons-nous? 

  • Avers: “CHAMBRE DES DÉPUTÉS”. La date du 24 février est rappelée sur le côté de la tribune haute.
  • Revers: “HÔTEL DE VILLE“.

[Remarque: Dans l’exercice de ce blog, l’objectif est de mettre en avant des médailles frappées ou coulées “à chaud” des événements. Cette médaille, de part son aspect commémoratif, ne répond pas à ce critère. Toutefois dans l’intérêt de la démonstration, nous aurons recours ponctuellement à ce type de médaille à des fins illustratives et nous veillerons toujours à préciser cette spécificité.]

Que nous dit cette médaille?

Rappelons nous: deux articles plus tôt, nous étions à la place de la Bastille avec les insurgés (Ah, ça ira, ça ira!). Avant de les retrouver à l’Hôtel de ville en fin de journée, filons du côté de l’Assemblée nationale: sur l’avers, les détails de la représentation dus à la maîtrise du graveur A. Garnier (alors sculpteur de buste et médailleur reconnu) permet de saisir le climat de ce qui sera la dernière séance de la Chambre des députés. En bas à gauche de l’avers, coiffée d’un chapeau et accompagnée de deux jeunes hommes, on croit reconnaître la duchesse d’Orléans. Voilà ce qu’un contemporain racontait à propos de son arrivée à l’Assemblée: 

“La jeune duchesse parut à l’entrée de la salle. Des vêtements de deuil faisaient ressortir sa blonde pâleur. Des larmes tremblaient à ses paupières. Elle tenait d’une main son petit roi d’un jour, et de l’autre un duc à collerette blanche et à veste ronde.”

Hippolyte Castille, Histoire de la IIe République, tome I, Victor Lecou, Paris, 1854, p. 283.

Selon ce contemporain, il est 13 heures passées de 30 minutes lorsque la duchesse apparaît dans ce climat de tension: le roi est-il vraiment parti ? Faut-il voter en faveur de la régence? Ces questions animent les partisans royalistes. De l’autre côté, Républicains modérés et membres de l’opposition monarchique, ayant anticipé l’échec d’une régence, s’étaient réunis plus tôt dans la journée aux sièges de deux journaux influents (La Réforme et Le National). C’est à cette occasion, qu’ils décidèrent des possibilités de constituer un gouvernement provisoire. De ces discussions, une liste de noms émergea. Restait à savoir de quelle façon le gouvernement provisoire pouvait être effectivement nommé. On notera la présence de personnalités issues du peuple, parfois armées; ce qui devait sans doute complexifier les enjeux politiques de ce dernier débat. La présence de baïonnettes et de sabres, de même que l’impression d’un mouvement de foule autour de l’estrade, rendent compte de ce climat de violence. Disons pour résumer que c’est Lamartine qui mit fin à ce débat houleux en prononçant du haut de la tribune “De cœur pour la régence et de raison pour la République”. Personnalité politique influente, il sut par ces mots (très mi-figue mi-raisin, on en convient) remporter l’adhésion de la foule insurgée présente dans l’hémicycle. Il était donc temps pour les républicains modérés et membres de l’opposition monarchique de réaliser leur projet de la matinée: proclamer un gouvernement provisoire. C’est alors précisément à ce moment que, par un mouvement de foule, le pouvoir politique se délocalisa de l’Assemblée nationale à l’Hôtel de ville. Sur l’avers de la médaille, la foule d’insurgés fait face à Lamartine, ici, bras droit tendu et entouré de six autres parlementaires devant l’Hôtel de ville. 

“un seul cri vibrant et passionné sortait distinct de tous ces cœurs émus, de toutes ces bouches frémissantes, pour s’élever vers le ciel: ‘La République!’”. 

Daniel Stern, Histoire de la révolution de 1848, tome 1, Charpentier, Paris, 1862, p. 302.

Bien que selon Daniel Stern la foule réclamât le retour de la République, il n’est pas encore question pour Lamartine et ses compagnons du jour, de donner une forme définitive au nouveau gouvernement, fut-il provisoire. À 10 heures du soir, l’attente de la foule ne sera qu’en partie récompensée: les décrets préparés dans le secret d’une salle de l’Hôtel de ville, bien que stipulant l’établissement du gouvernement provisoire et attestant de la nomination de ses nouveaux représentants, renvoient la question de sa forme à une prochaine consultation du peuple proclamé officiellement souverain. Bref, la République n’est toujours pas proclamée. 

Médaille “Au nom du peuple français (…)” [Cuivre blanchi]

Que lisons-nous? 

  • Avers: “AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS/ GOUVERNEMENT/ PROVISOIRE/ ARAGO DUPONT DE L’EURE/ LAMARTINE/ MARIE/ LEDRU-ROLLIN/ FERDINAND F./ LOUIS BLANC/ MARRAST/ ALBERT OUVRIER/
  • Revers: “HONNEUR AU COURAGE DES BRAVES CITOYENS/ DE LA / VILLE DE PARIS/ TRIOMPHE COMPLET/ CONTRE LA TYRANNIE/ 22 23 24/ FÉVRIER/ 1848.”

Médaille “23 24 25 Février 1848 …” [Alliage coulé]

Que lisons-nous? 

  • Avers: “23 24 25/ Février 1848./ Rép. Franc.se/ Gouvernement/ Provisoire.”
  • Revers: Dupont./ Lamartine./ Ledru-Rollin./ Arago. Crémieux/ Marie. Garnier Pag./ Marrast. L. Blanc/ Flocon. Albert/ Pagnerre/

Que nous disent ces deux médailles?

La mise en perspective de ces deux médailles permet d’insister sur les ambiguïtés entourant la nomination des membres du gouvernement provisoire: la médaille “Au nom du peuple français (…)”, une des premières à avoir été mise en circulation selon le contemporain De Saulcy, ne recopie qu’incomplètement la liste officielle des nouveaux représentants nommés dans la soirée. Alors que l’autre médaille la recopie fidèlement, les noms de Crémieux et Garnier-Pagès sont bien absents de la première liste. Que peut-on supposer? Quels motifs pourraient justifier une omission volontaire de ces deux noms de la part du graveur de la première médaille? Peut-être favorable aux insurgés, le graveur cherche t-il à rappeler ainsi l’inconstance politique de ces deux députés? Il faut en effet dire que Crémieux (représentant de l’Indre-et-Loire sous la Monarchie) bien qu’opposé pendant son mandat parlementaire au gouvernement s’était montré favorable à la duchesse d’Orléans lors de la dernière séance parlementaire à la chambre des députés. Peut-on fonder des espérances républicaines sur une personnalité politique qui a soutenu la régence? Concernant Garnier-Pagès (représentant de l’Eure sous la Monarchie) et bien que chef de file de l’opposition républicaine, il eut un comportement jugé impopulaire par les insurgés lors de la campagne des banquets: pourtant promoteur de cet événement, Garnier-Pagès défendait le nécessaire maintien de l’ordre et refusa de donner raison aux insurgés qui le sollicitèrent à propos de la fusillade du boulevard des Capucines (médaille «Au milieu du calme et de la joie (…)») :

« C’est un malentendu, restez chez vous, ne troublez pas l’ordre ; nous obtiendrons la punition du coupable, et le gouvernement prendra soin des victimes. Renoncez à cette démonstration qui peut amener les plus grands malheurs. »

(Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 d’Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Médaille “Proclamation (…) sur les barricades …” [Alliage coulé]

Que lisons-nous? 

  • Avers: “PROCLAMATION DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE/ SUR LES BARRICADES”. Exergue: “22.23.24 FÉVRIER/ 1848.
  • Revers: En légende: “RÉPUBLIQUE FRANÇAISE/* LIBERTÉ* EGALITÉ* FRATERNITÉ*”. ” 24 FÉVRIER/ 3 MINISTÈRES DANS/ UN JOUR; LA DUCHESSE/ D’ORLÉANS POUR REGE/NTE; FORMATION DÉFINITIVE DU/ GOUVERNEMENT PROVISOIRE COM/POSÉ DES CITOYENS DUPONT/ DE L’EURE, LAMARTINE, ARAGO/ CRÉMIEUX, LEDRU-ROLLIN, GR/ PAGÈS, MARIE, MARRAST/ L. BLANC, FLOCON,/ ALBERT.”

Que nous dit cette médaille?

Elle nous intéressera pour son aspect technique. Cette médaille, sûrement une des plus belle de la série, présente des qualités de réalisation pour un modèle coulé qu’il est important de souligner: il n’est pas évident pour un graveur de réaliser avec autant d’application le texte et le dessin lorsqu’il choisit de la réaliser en coulant du métal en fusion dans un moule. Pour que le résultat soit à la hauteur de ses espérances, il faut déjà que la gravure du moule soit réalisée avec le plus grand soin et la plus grande précision (Ce qui n’est pas le cas par exemple de la médaille précédente dont le chiffre 4 de la date “1848” a été gravé à l’envers). Et cela ne suffit pas: il faut, lors de la coulée du métal, ajuster son dosage suivant un geste technique précis afin que le métal réagisse adéquatement avec les parois du moule, qui, plus fraîches peuvent perturber la matière en fusion par un “chaud/froid” inadapté. Au risque de créer des turbulences générant de grossières irrégularités de surface comme en témoigne l’aspect de la médaille précédente. Je vous laisse donc pour finir, le loisir d’admirer l’habileté avec laquelle l’auteur de cette médaille a réalisé la gravure des lettres et l’illustration entourant son personnage (ouvrier engagé dans la garde nationale?) juché sur une barricade surmontée d’un drapeau tricolore.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.